Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 38

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 39

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 40

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32
Les cinémas associatifs en mission - Le badaud - La presse autrement !
Le logo du Badaud
Le Badaud, version 2.0
  Tous les jours, les news qui font parler...
 
Accueil
Edito
 
Les articles
Les enquêtes du Badaud
Les lectures du Badaud
Les humeurs du Badaud
Les coups de coeur du Badaud
Le Badaud of the month
 
Les services
Carte du site
Contacts
Acces administrateurs
version texte pour les personnes handicapées visuelles
 
     
 

Les enquêtes du badaud

Une autre France

Les cinémas associatifs en mission

Une poignée de salles de cinéma fonctionnent en France sur le mode associatif, animées par des assoiffés de culture plus que par des passionés de cinéma. Des épiceries fines qui peinent à tenir la dragée haute face aux multiplexes qui alignent les affiches en façade comme des yaourts dans une grande surface.

Ce sont un peu les épiceries fines du cinéma. Loin des multiplexes qui alignent les affiches en façade comme des yaourts sur les étalages de grande surface, les salles de cinéma associatives s’échinent à servir de la qualité supérieure. Au menu, des produits sélectionnés et conditionnés avec soin : films d’art et d’essai, animation en direction du jeune public et des scolaires, décentralisation en milieu rural et partenariats avec les réseaux locaux, à la pièce ou au kilo, qu’on soit à Strasbourg, Gençay, St-Trojan-les-Bains ou Bayonne.

Alors qu’on compte une centaine multiplexes en France aujourd’hui (4,4% des établissements), le Centre National de la Cinématographie (CNC) peine à dénombrer leur contre-point associatif. “Ça représente un bon pourcentage, on n’a pas de chiffres concernant cet aspect-là. Ça doit tourner autour de 20% avec les salles municipales” est la réponse du service exploitation de l’institution. Les associations qui animent une salle de cinéma mériteraient pourtant que leur travail soit reconnu mieux que ça. Plus que de simples lieux de diffusion cinématographique ces associations sont engagés dans les opérations de type Collège et cinéma, défendent l’art et essai dans des contextes concurrentiels difficiles, développent des centres de documentation et de formation, résistent à une désertification cinématographique, œuvrent pour une vie associative locale animée.

Il faut alerter tout le monde sur le côté irremplaçable des salles associatives qui font un travail réellement de culture. Il n’y en a pas énormément en France. Il y a beaucoup de salles associatives certes, mais toutes ne font pas le même travail. Il faudrait un repérage des salles - elles se comptent sur les doigts de la main - qui en France font un travail du type du notre et il faudrait une espèce de statut pour les protéger” martèle Nicole Cornut, secrétaire générale des Amis du Bon Cinéma, association qui fait vivre le cinéma Le France à Saint-Étienne depuis près de 30 ans.

Cet activisme cinématographique est directement lié au contexte dans lequel se sont créées les salles associatives. Directeur de l’ Eldorado à Saint-Pierre-d’Oléron, Philippe Chagniau parle de la genèse de sa salle, en 1982-1983, comme du “schéma classique de la création d’un cinéma associatif”. Deux cinémas au village, l’un des deux situés dans les bâtiments communaux et menacé de fermeture. Une dizaine de personnes, “qui ne connaissait rien au cinéma, des cinéphiles plus ou moins en dilettante”, se mobilise en faveur du maintien du cinéma. “Et le maire nous a dit, ben si vous voulez qu’il continue, retroussez vous les manches, je vous donne l’exploitation si vous créez une association pour le gérer.” L’association compte aujourd’hui 500 membres et accueille entre 50 et 60.000 spectateurs par an recrutés dans l’ensemble du bassin oleronais.

Le destin de l’Apollo de Châteauroux, du Lorrain à Sarrebourg et du Savoie à Saint-Michel-de-Maurienne, tous remis aux mains d’une association après rachat des murs par la ville, sont semblables. Mais on touche là à un autre point délicat dans la “hiérarchie” des salles associatives. Certaines salles sont en effet “plus associatives” que d’autres. “Sous le label ‘salle associative’, vous avez toute une gamme” précise Mme Cornut. Et entre autres les “[salles associatives qui sont en régie directe municipale, qui fonctionnent comme une bibliothèque municipale, avec personnel payé par les municipalités.” Adossée à la mairie, elles ne courent pas les mêmes risques. “Même si ces salles n’obtiennent pas tel film qui serait nécessaire à leur équilibre financier, cela ne les met pas en péril...” Les salles associatives ne sont subventionnées par le CNC qu’en raison de leur (éventuelle) programmation art et essai et non de leur statut juridique. Les collectivités locales ne sont sollicitées que dans le cadre d’opérations spécifiques, mais menées par les associations comme elles pourraient l’être par une salle privée. Même son de cloche sous le chapiteau de l’Eldorado. “On est complètement autonomes. On n’a pas d’aide des collectivités locales, mais parce qu’on n’en demande pas. On n’en a pas besoin et on arrive à faire ce que nous voulons faire... avec nos fonds propres,” souligne Philippe Chagniau qui a associé sa salle à l’entente de programmation Sagec-Ciné32 pour obtenir les films des distributeurs.

Et si Nicole Cornu insiste beaucoup sur la “philosophie d’indépendance culturelle par rapport au pouvoir politique” du France, elle n’en envisage pas moins les actions des salles associatives comme un service public. “On n’est pas des commerçants, même si nous avons des soucis d’équilibre financier comme tout le monde. Dans les salles associatives il y a une sorte de générosité qu’on ne trouve pas dans les salles strictement privées”. A savoir des animations thématiques autour des films, un service d’information et de formation en direction de tous les publics, des efforts de décentralisation vers les zones rurales avec des tournées art et essai, des l’activisme cinématographique en quartier sensible, un large place accordée aux plus jeunes...

Plutôt que de réduire au plus petit dénominateur commun, ces petites structures multiplient les offres pour satisfaire le plus grand nombre. La vie des bénévoles qui font tourner ces salles frise alors parfois au sacerdoce. Dans les salles modestes, comme Le Bretagne à Guichen (35) ou le Cep à Vallet (44) entre 40 et 80 membres se chargent de faire marcher la maison, de la caisse à la cabine de projection en passant par la confiserie. Et à l’Iris (Questembert, 56) “on vous demande seulement d’assurer une permanence lors d’une séance par trimestre qui donne droit à une entrée gratuite.” Les associations les plus importantes se reposent, elles, sur un noyau dur d’une ou deux dizaines de personnes, très assidues, tandis que la grande majorité des adhérents (plusieurs centaines souvent) reste consommatrice. Et d’en arriver à l’un des soucis majeurs des salles associatives mais qui est aussi celui du monde associatif en général : trouver la relève pour perpétrer la mission.

Marie-Catherine Beuth


[ Envoyer cet article à un ami ]


Laissez un commentaire:

L'actu vue en dessin par CAD
Inscription à la newsletter

 Inscription
 Désinscription


MC's badaudblog
Ben's badaudblog

Guide des meilleurs hébergeurs Web

Meilleure banque

Comparatif banques en ligne