Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 38

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 39

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 40

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32
"2046", de Wong Kar Wai - Le badaud - La presse autrement !
Le logo du Badaud
Le Badaud, version 2.0
  Tous les jours, les news qui font parler...
 
Accueil
Edito
 
Les articles
Les enquêtes du Badaud
Les lectures du Badaud
Les humeurs du Badaud
Les coups de coeur du Badaud
Le Badaud of the month
 
Les services
Carte du site
Contacts
Acces administrateurs
version texte pour les personnes handicapées visuelles
 
     
 

Les coups de cœur du badaud

"2046", de Wong Kar Wai "2046", de Wong Kar Wai

WKW taquine avec sa caméra le paroxisme du 7e Art

2046 de Wong Kar Wai est le meilleur film que j’ai vu depuis longtemps. Tellement bon que je n’ai pas eu besoin des quelques heures habituelles de digestion pour en être sûre. Tellement bon qu’il me faut l’affirmer avant de sombrer dans une noyade sémantique quelconque tentant de cerner tout le génie du dernier opus de son altesse WKW. 2046 est un chef d’oeuvre visuel, une perle musicale, un bijou narratif, une réussite cinématographique totale.

L’histoire importe peu. Mais les personnages qui la peuplent sont grandioses. Les acteurs qui leur servent d’habitacle sont excellents. Les plans qui les encadrent se distinguent par leur beauté particulière - une place importante accordée au visage, quand bien même les deux tiers de l’écran sont rognés par un bout de décor, seul WKW pouvait réussir avec légéreté ce flagrant contrepied aux codes filmiques habituels. Des couleurs sublimes, une musique parfaitement posée sur chacun de ces plans divins, le génie de Wong Kar Wai s’étale continuellement. Pas un plan qui ne soit étudié, photographié, organisé avec une précision édifiante.

Rien que pour les pieds de Faye Wong qui effleurent un parquet poussiéreux chaussés dans des babies noires luisantes alors qu’elle martèle du vocabulaire japonais, pour la série de contre-plongées montrant tour à tour les héroïnes au balcon - et qui de fumer une cigarette, de lire une lettre, de se contenter de se découper sur un ciel bleu délavé, pour Gong Li adossée à un mur à moitié dissimulée par sa propre ombre, pour le collage d’images de Hong Kong qui sert de fond au générique, pour l’excellente B.O., il faut se précipiter voir 2046. On égrènera jamais assez de superlatifs pour parvenir à restituer l’émotion pérenne qui passe de l’écran au spectateur.

M.C.B.


[ Envoyer cet article à un ami ]


Laissez un commentaire:

L'actu vue en dessin par CAD
Inscription à la newsletter

 Inscription
 Désinscription


MC's badaudblog
Ben's badaudblog

Guide des meilleurs hébergeurs Web

Meilleure banque

Comparatif banques en ligne