Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 38

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 39

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/acces.php on line 40

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/hochedez/lebadaud.com/ecrire/inc/lang.php on line 32
Le talentueux Mr. Brook - Le badaud - La presse autrement !
Le logo du Badaud
Le Badaud, version 2.0
  Tous les jours, les news qui font parler...
 
Accueil
Edito
 
Les articles
Les enquêtes du Badaud
Les lectures du Badaud
Les humeurs du Badaud
Les coups de coeur du Badaud
Le Badaud of the month
 
Les services
Carte du site
Contacts
Acces administrateurs
version texte pour les personnes handicapées visuelles
 
     
 

Le Badaud of the month !

Badaud du mois

Le talentueux Mr. Brook Le talentueux Mr. Brook

Le "badaud of the month" de juin est le successeur de Matt Damon et Matthieu Kassovitz.

Dans Le talentueux Mr. Ripley, Matt Damon incarne un usurpateur qui se promène à travers l’Italie des années Dolce Vita avec l’identité de Jude Law en bagage. Dans Un héros très discret, Matthieu Kassovitz joue un bonhomme qui se falsifie une carte d’identité et le passé d’ancien résistant qui va avec. A croire qu’il n’y a que dans le joyeux foutoir de l’après-guerre qu’il était possible de passer pour quelqu’un qu’on n’est pas ou que les autres croient que vous êtes. Mais en 2004 aussi on peut passer pour qui on n’est pas alors qu’on est qui on est.

Un peu confus tout ça ? Mettez-vous donc à la place de Peter Brook. A qui le Tout-Paris et la moitié de l’Europe s’échine à mettre sur le dos l’identité d’un brillant metteur en scène britannique. Comment donc, le fils d’émigré russes qui a dirigé la Royal Shakespeare Company outre-Manche et squatte régulièrement les Bouffes du Nord à Paris ne serait qu’un vil charlatan ? Non, non, vous n’y êtes pas. Meet the véritable Peter Brook.

JPEG - 13.2 ko

Banquier ennuyeux (selon ses propres dires), noceur invétéré et pianiste discret, Peter Brook est harcelé de toutes parts depuis son arrivée à Paris l’été dernier. Une vaste machine aux ramifications allant de Barcelone à Berlin cherche à lui imposer une identité qui n’est pas la sienne. Son seul tort étant d’être l’homonyme d’un génie des planches.

Peter Brook a débarqué il y a près d’un an pour travailler dans une banque. A peine installé, les formalités administratives de rigueur remplies, son calvaire a commencé. Le fabricant automobile Renault l’appelle pour l’encourager à changer de véhicule : harangué pour acquérir une Velsatis, il peut à peine se payer une Logan. Suit un coup de fil d’Espagne. « Allô, vous êtes Peter Brook ? » Oui, il est Peter Brook. Mais pas celui que vous pensiez, que vous vouliez joindre. Ce n’est que quiproquo après quiproquo.

Sa boîte à lettres déborde de sollications : une auteure berlinoise qui lui vante sa pièce en train d’être jouée aux Hackesche Höfe, des comédiennes qui le noyent sous des portraits grandeur nature de leur minois avide, des manuscrits à foison, des invitations à la pelle. C’est tout juste si le facteur peut encore glisser les minces cartes postales destinées aux colocataires de l’infortuné Britannique dans la boîte.

JPEG - 33.2 ko
Pas drôle tous les jours d’être Peter Brook...(©Dirk Engberg)

A force de se faire ainsi taquiner de l’identité, Peter Brook a fini par céder. Il a enfilé le temps d’un soir le costard de son alter ego patronymique, s’est dégotté une jolie blonde à pendre à son bras et a honoré une invitation du Théâtre des Déchargeurs à jauger une pièce de son œil de maître. A l’entrée, l’ouvreuse esquisse une petite moue quand Peter Brook lui tend son carton. De la pièce il ne retiendra que l’insupportable chaleur tropicale de la salle, en accord avec l’action qui se déroulait sur scène. Le lendemain il reçoit un appel du théâtre. Qui ne dépêche pas la police des identités à ses trousses mais souhaite s’enquérir de son avis. « Je ne suis pas qui vous croyez, mais c’était très bien, merci beaucoup pour l’excellente soirée. » Même politesse caractéristique quand Peter Brook, the sad banquer, renvoie galamment les documents à ses poursuivants.

Son calvaire ne prendra peut-être fin que quand il quittera le pays, à la fin de l’été. Pour s’en retourner dans la verte Albion où la vie des stars, comme on saît, est mieux préservée que sur le continent. Mystère absolu sur comment Peter Brook a atterri sur les listings de théâtreux en mal de reconnaissance. Le badaud va enquêter. En attendant, le Peter Brook des vrai gens est en ce lieu enfin reconnu pour ce qu’il est : un banquier ennuyeux. Que c’est bon quand justice est faite, quand même.

Marie-Catherine Beuth


[ Envoyer cet article à un ami ]


Laissez un commentaire:

L'actu vue en dessin par CAD
Inscription à la newsletter

 Inscription
 Désinscription


MC's badaudblog
Ben's badaudblog

Guide des meilleurs hébergeurs Web

Meilleure banque

Comparatif banques en ligne